Archive pour octobre 2009

Plus de volontaires pour la maladie d’Alzheimer

Mardi 27 octobre 2009

La recherche médicale sur la maladie d’Alzheimer ne cesse de progresser. Aujourd’hui, pas moins de soixante-dix molécules sont à l’essai de par le monde. Malheureusement, la participation des patients français aux essais reste faible.

Plus de volontaires pour la maladie d’Alzheimer - Source de l'image:http://www.igr.fSelon le professeur Bruno Vellas, directeur du gérontopôle du CHU de Toulouse, sur les 850 000 malades d’Alzheimer en France, seuls 300 participaient aux essais cliniques de médicaments en 2009. Pour le professeur, cela est d’autant plus dommage que ces molécules ont pour objectif de ralentir voire de stopper le processus de la maladie.
Les difficultés à intégrer les patients à ces tests sont souvent liées au fait que les patients eux-mêmes sont rarement demandeurs. Le manque d’information ne pousse pas non plus les familles à en faire la requête.
La participation des malades reste un élément clé de l’ensemble des phases de tests cliniques de nouveaux médicaments. Ces tests permettent de vérifier l’efficacité des molécules afin de pouvoir les lancer sur le marché pour en faire profiter le plus grand nombre.

Maison de retraite, un mode de vie choisi ou subit ?

Lundi 26 octobre 2009

Rentrer en maison de retraite n’est pas perçu de la même manière par l’ensemble des personnes âgées. Pour certains, l’arrivée en maison de retraite correspond à un véritable choix de vie. Ils vivent bien mieux ce changement que lorsque celui-ci est soudain et non préparé suffisamment à l’avance.

Maison de retraite, un mode de vie choisi ou subit ? - Source de l'image:http://img10.xooimage.comLa maison de retraite comme choix de vie
Les personnes qui ont préparé leur intégration en maison de retraite conservent souvent un lien très fort avec leurs amis et leur entourage en dehors de l’établissement. La maison de retraite est alors perçue comme un moyen de gérer son autonomie et de parer à une éventuelle situation de dépendance. Le confort des services rendus par l’institution est un plus non négligeable qui influe sur leur décision.
Pour d’autres retraités, l’arrivée en maison de retraite sonne comme un véritable retour à l’équilibre. Il s’agit souvent de personnes dont le sort était jusqu’à présent incertain pour cause de revenus peu élevés ou qui vivaient dans une situation de précarité physique ou d’isolement. Pour ces personnes, entrer en maison de retraite signifie un véritable retour à la vie en collectivité mais aussi à un certain confort. Les établissements leur permettent de renouer avec des activités auxquelles ils n’avaient plus accès pour des raisons physiques ou matérielles : visites touristiques, peintures et activités collectives.

Les écueils du système et leurs conséquences sur les personnes âgées
Il existe évidemment des visions différentes de la maison de retraite. Pour certains, l’entrée en établissement est vécue comme une contrainte. De nombreux paramètres peuvent conduire à une inadaptation des résidents à leur nouvel environnement. C’est souvent le cas lorsque la personne âgée n’a pas été consultée par l’entourage préalablement à l’entrée en établissement. En général, le résident éprouve alors de plus grandes difficultés à s’intégrer. Le mode de fonctionnement des maisons de retraite, s’articule autour de règles de fonctionnement strictes. Les règles d’hygiène et de vie en collectivité peuvent alors apparaître comme rébarbatives pour certains pensionnaires, rendant leur intégration plus difficile.

Apporter une réponse d’hébergement adaptée à chacun
Lorsqu’elle est vécue comme une fatalité, l’entrée en maison de retraite peut devenir source de renfermement de la personne âgée voire de conflit avec ses proches et ses co-pensionnaires. Apporter une réponse d’intégration adéquate à chaque résident potentiel représente un véritable travail de fond pour nombre d’établissements. Les différentes structures d’hébergement proposées aujourd’hui en France permettent de répondre à des besoins variant selon la situation et les désirs des personnes âgées. Il est possible, en consultant un spécialiste avisé, d’accéder à des solutions d’accueil adaptées à chacun.

Ils fêtent leurs 76 ans de mariage en maison de retraite

Mardi 20 octobre 2009

Léopold et Yvonne Rivière respectivement âgés de 98 et 96 ans ont fêté, le 30 Septembre, leurs 76 ans de mariage à la maison de retraite de Lézat–sur-Lèze.

76 ans de mariage et amoureux comme au premier jour, Léopold et Yvonne Rivière forment un couple symbolisant un idéal de la vie à deux. Ils coulent des jours paisibles à la maison de retraite du Lac dans la commune de Lézat-sur-Lèze.
A l’occasion de cet événement, Léopold et Yvonne ont partagé le secrets de la longévité de leur histoire d’amour : « On a toujours tout partagé et nous avons vaincu les difficultés ensemble. Notre relation a toujours été basée sur des échanges cordiaux ».
Aujourd’hui à la tête d’une famille comportant trois enfants, trois petits enfants, quatre arrière petits enfants et un arrière-arrière petit fils, ils continuent de savourer les petits bonheurs de la vie.
Bien que Léopold soit retraité depuis maintenant près de 47 ans, ils ont intégré leur maison de retraite il y a de cela seulement deux ans !

L’écharpe du coeur contre la maladie de Parkinson

Lundi 19 octobre 2009

C’était le défi que s’était lancé Marie Claire Leguery en décembre 2008, utiliser plus de 58 kilomètres de laine, soit la distance entre Morlaix et Brest, pour tricoter une écharpe. Ce challenge devait lui permettre de récolter des fonds pour la lutte contre la maladie de Parkinson.

L’écharpe du cœur contre la maladie de Parkinson - Source de l'image:http://www.brest.maville.comAprès avoir terminé son ouvrage, Marie Claire Leguery a donc organisé une loterie dont le but était de faire deviner le poids de cette écharpe. Cette loterie, organisée le 6 septembre, lui a permis de récolter  près de 250 euros aussitôt reversés aux organismes de lutte contre la maladie de Parkinson.
Marie-Claire Leguery connue dans son lotissement de la Boissière à Morlaix pour sa bonne humeur et sa générosité a récupéré auprès d’organisations caritatives la laine qui lui a permis de tricoter cette écharpe qui mesure plus de 307 mètres et pèse plus de 26 kilos.
Ce cache col aux dimensions hors normes sera divisé en plusieurs petites écharpes multicolores qui seront distribuées aux enfants du quartier de la Boissière.

Journée internationale des Personnes Agées

Mardi 6 octobre 2009

Organisé sous l’initiative des Nations Unies, la journée internationale des personnes âgées, organisée le 1er Octobre 2009, a donné lieu à de nombreux événements et réflexions sur la condition des seniors.

Des « fleurs de la fraternité » pour les personnes âgées
Faisant suite au plan d’action de Vienne sur le vieillissement de la population, la journée internationale des personnes âgées a pour objectif de sensibiliser les nations et l’opinion à la condition des seniors.
Cette journée qui s’accompagne d’une véritable réflexion sur le vieillissement de la population donne également l’occasion aux organismes français de rappeler qu’il faut rompre l’isolement des personnes âgées.

Aussi, l’association des petits frères des pauvres a organisé cette année à l’occasion de la journée internationale des personnes âgées, l’opération « les fleurs de la fraternité ».
L’objectif de l’opération est simple : sensibiliser au maximum la population sur les conditions de vie des personnes âgées. Ainsi, ce sont des centaines de bénévoles qui se sont retrouvés sur les marchés des principales villes françaises. Ils ont distribué des fleurs à toute personne s’engageant à en apporter à une personne qui souffre de la solitude ou de la pauvreté la poussant ainsi à passer un peu de temps avec elle mais aussi à prendre conscience du fait que l’isolement des personnes âgées est souvent au coin de leur rue.

Une opération pour prendre conscience
L’action des « Fleurs de la fraternité »  a également eu lieu dans tous les pays où les petits frères des pauvres sont présents comme le Canada, l’Espagne, l’Irlande ou encore les Etats-Unis. Cette opération permet notament de rappeler que si l’espérance de vie augmente partout dans le monde, les personnes âgées bénéficient de conditions inégales et sont encore trop nombreuses à être isolée ou à vivre en dessous du seuil de pauvreté. Parmi la population des personnes âgées, elles sont 600 000 à bénéficier de l’ASPA (Allocation de Solidarité aux Personnes âgées) qui représente le revenu minimal pour cette tranche d’âge. On estime que le nombre de personnes âgées vivant en-deça du seuil de pauvreté devrait atteindre le million dans un an.

Grâce à cette opération, les petits frères des pauvres souhaitent également rappeler leurs actions quotidiennes au service des exclus  et des personnes âgées en particulier grâce à leur 7,600 bénévoles et 480 membres permanents.