Archive pour septembre 2009

« Annie, te souviens tu… », le combat d’Annie Girardot…..

Mardi 29 septembre 2009

Elle a tourné avec les plus grands et aujourd’hui, elle ne s’en souvient plus. Le secrétaire d’Annie Girardot livre un récit sans détour et bouleversant sur le lent déclin de l’actrice face à la maladie d’Alzheimer.

« Annie, te souviens tu… », le combat d’Annie Girardot contre la maladie d’Alzheimer raconté par ses proches -Source de l'image:http://s.plurielles.frLe combat d’Annie Girardot contre la maladie d’Alzheimer
Annie Girardot a disparu de la vie publique depuis déjà plusieurs années. Au début de la maladie, elle ne se rappelait plus de ses textes, aujourd’hui, elle ne se rappelle même plus qui elle est.
Les premiers symptômes de la maladie sont apparus en 2000 lorsque l’actrice oublie son texte sur scène, elle joue alors Madame Marguerite, un rôle qu’elle connaît pourtant à la perfection. Sa visite chez un neurologue confirmera les doutes, Annie Girardot est atteinte de la maladie d’Alzheimer. Ce combat qui commence, c’est avant tout celui de ses proches, son secrétaire Léo Bardon et ses filles Valéria et Giulia. Ils s’unissent pour cacher à la comédienne le mal qui la ronge pour la préserver. Ils utiliseront pour cela tous les subterfuges à leur disposition. Ainsi, l’actrice continuera à jouer avec l’aide d’une oreillette trouvant toujours le ton juste malgré un texte qu’elle ne parvient plus à mémoriser.
Elle intégrera une maison de retraite en 2007 lorsque les symptômes deviendront trop invalidants pour continuer son métier. Son secrétaire et ami de toujours décide alors de rendre public le mal dont elle souffre.

Le suicide, fléau des personnes âgées

Lundi 28 septembre 2009

C’est l’Association Internationale pour la Prévention du Suicide (AIPS) qui tire la sonnette d’alarme. Selon les statistiques, les personnes âgées seraient proportionnellement la population la plus sujette au suicide.

Le suicide, fléau des personnes âgées - Source de l'image: http://lesvieuxdanslesyeux.blogLes chiffres du suicide chez les personnes âgées parlent d’eux-mêmes
A l’occasion de la journée mondiale de la prévention du suicide, l’AIPS rappelle que ce sont les personnes âgées qui sont les plus concernées par le suicide en France.
Les chiffres de l’association sont éloquents. Alors que le taux moyen de suicide au niveau national se situe aux alentours de 17,1 suicides pour 100 000 habitants, ce taux est de 32 pour 100 000 chez les 75 à 84 ans et s’élève à 44 suicides pour 100 000 pour les personnes âgées de 85 à 94 ans. Pire encore, les plus de 95 ans se suicident, en moyenne 10 fois plus que le reste de la population.
Sur l’ensemble des suicides répertoriés en France, près d’un tiers concerne les plus de 65 ans. Ces actes de détresse ont lieu aussi bien à leur domicile qu’en maison de retraite. La France ne fait pas figure d’exception, mais est plutôt représentative d’une situation observée dans de nombreux pays développés.

Des causes multiples

Bien que les causes du suicide chez les personnes âgées ne soient pas toujours clairement identifiées, plusieurs paramètres peuvent être à l’origine de ce phénomène. Le Dr Moulias, gériatre à l’hôpital Ambroise Paré de Boulogne Billancourt en région parisienne, explique notamment que les personnes âgées dont les capacités physiques ont tendance à décliner se sentent souvent isolées et dans des états dépressifs avancés souvent non diagnostiqués. Elle ajoute que de nombreux seniors agissent ainsi afin de montrer leur détresse face à une société de plus en plus en méprisante envers les inactifs. Le suicide leur apparaît comme la seule solution envisageable.

Un véritable indicateur de la détresse des personnes âgées

Le Dr Moulias rappelle également que le suicide ne doit pas être perçu comme un appel à l’aide de la part des personnes âgées. Il est issu d’une véritable volonté de commettre l’irréparable. Les statistiques du nombre de tentatives de suicide pour un suicide sont assez représentatives de cette réalité. Alors que le nombre de tentatives de suicide pour un suicide se situe, pour la moyenne nationale, autour de 22 pour un pour les hommes et de 120 pour un pour les femmes, chez les personnes âgées le nombre de tentatives est proche de une pour un suicide chez les hommes et de trois pour un suicide chez les femmes. La violence des actes suicidaires chez les personnes âgées est également un facteur d’inquiétude supplémentaire.
De nombreux professionnels de la gériatrie déplorent le fait que le suicide des personnes âgées soit souvent passé sous silence et militent pour un meilleur entourage psychologique.

Enquête : le sentiment de vieillissement

Mardi 22 septembre 2009

Selon une étude réalisée par l’Insee concernant la vie quotidienne et la santé des personnes âgées, il apparait que les femmes âgées sont plus sensibles à la perte de leurs capacités motrices que les hommes du même âge, alors que ces derniers remarquent essentiellement une perte de leurs fonctions sensorielles. Enquête.

Enquête : le sentiment de vieillissement - Source de l'image:http://album-photo.geo.frLe sentiment d’incapacité des femmes âgées
Selon l’étude Insee Première « Enquête vie quotidienne et santé : limitations dans les activités et sentiment de handicap ne vont pas forcément de pair », publiée le 13 août 2009, le sentiment d’incapacité motrice (difficulté à se déplacer…) est plus accentué chez les femmes que chez les hommes dès l’âge de 40 ans, et encore plus dès 60 ans. En effet, 5,2% des femmes estiment « être limitées dans leurs fonctions motrices » dès l’âge de 40 ans, contre seulement 3,8% des hommes. Cette différence s’accentue avec l’âge : après 60 ans, on note respectivement la proportion de 12,9% contre 9,7%.

Le sentiment d’incapacité des hommes âgés

Quant aux hommes, leur sentiment d’incapacité touche plus aux « fonctions sensorielles » (vue, ouïe, gout…). En effet, cette même étude fait remarquer que les hommes âgés de plus de 60 ans jugent être limités par leurs fonctions sensorielles, à 8,3% contre 6,8% des femmes. A noter qu’au-delà de 90 ans, les femmes éprouvent plus de limitations fonctionnelles globales (sensorielles et motrices) que les hommes.

Qu’en est-il des fonctions intellectuelles ?
Pour surprenant que cela puisse paraître, au regard du développement de la maladie d’Alzheimer par exemple, hommes et femmes âgés ne semblent pas souffrir de problèmes intellectuels ou psychiques particuliers. Selon la même enquête, « seuls 17,3% des hommes et 19,1% des femmes âgés de 80 à 89 ans ressentent des limitations pour ces fonctions ». Le sentiment de vieillissement reste donc pour la plupart essentiellement physique.

Source : enquête INSEE http://www.insee.fr/fr/ffc/ipweb/ip1254/ip1254.pdf

Un opéra rock sur la vieillesse pour Pete Townshend, guitariste des Who

Lundi 21 septembre 2009

Pete Townshend, guitariste de renommée international et membre célèbre du groupe the Who se lance actuellement dans l’écriture d’un opéra rock sur le thème de la vieillesse.Un opéra rock sur la vieillesse pour Pete Townshend, guitariste des Who - Source de l'image:http://www.music2com.fr

Celui qui chantait dans les années 70 « I hope I die before I get old », j’espère mourir avant de devenir vieux, tout juste âgé de 64 ans, souhaite proposer un spectacle dont les thèmes tourneront autour de la vieillesse, des relations intergénérationnelles, mais aussi de la mort. A noter que ce spectacle nommé « floss » est prévu pour 2011. Pete Townshend précise que le rock’n’roll est un style rageur qui se prête particulièrement à ce thème.
Toujours très actif, Pete Townshend participera également au nouvel album des Who qui devrait sortir en 2010 et qui comportera certaines chansons de « Floss ». Cet album saura sans nul doute combler les fans du groupe dont le dernier album date de 2006.

Prévenir la grippe A en maison de retraite

Mardi 15 septembre 2009

L’enjeu est de taille puisque, comme l’a indiqué Nora Berra, secrétaire d’état aux aînés, une maison de retraite ne peut fermer ses portes contrairement à une crèche ou à une école.

Ainsi, le document stipule qu’en cas de grippe d’un pensionnaire, celui-ci sera confiné dans sa chambre pendant une semaine. La chambre sera régulièrement nettoyée et aérée pour éviter au virus de se propager.
Les visites pourront être réduites en cas de malades dans les maisons de retraite. Elle pourront également faire l’objet de report en cas de visiteurs malade de la grippe A.
Le personnel soignant devra être équipé de masque à la norme FFP2 (protégeant contre le virus) pour soigner les éventuels malade. En cas de la maladie des soignants, celui-ci ne pourra retourner sur son lieu de travail que deux jours après la disparition des signes cliniques de la maladie.
En cas de manque de personnel, les maisons de retraite seront habilitées à faire appel à du personnel intérimaire. Les dépenses induites pourront être prises en charge par l’état qui dispose d’une enveloppe de 14 millions d’euros pour gérer une éventuelle épidémie de grippe A provenant de fonds non utilisés du plan canicule.

Le journal « Les Echos » s’est procuré la circulaire concernant les précautions à prendre par les maisons de retraite en cas d’épidémie de grippe A.

La Chine : trop de personnes âgées et peu d’enfants !

Lundi 14 septembre 2009

En Chine, alors que l’espérance de vie progresse de jour en jour, la population des jeunes et des enfants ne croit pas assez vite pour pouvoir s’occuper des personnes âgées… Dans ce pays sans Sécurité Sociale, la famille doit s’organiser pour prendre en charge les aînés. Un vrai casse-tête chinois… qui semble avoir trouvé une solution.

430 millions de personnes âgées en Chine en 2050 !
Selon la tradition chinoise, les parents vieillissaient au domicile de leurs enfants. Ces enfants étaient donc le relais naturel de la prise en charge. Mais la vie moderne en a voulu autrement et les aînés se retrouvent souvent seuls arrivés à un âge avancé. En Chine, 150 millions de personnes (11% de la population) sont âgées de plus de 60 ans. En 2050, ce chiffre devrait atteindre 430 millions, soit 25% de la population. Les plus de 80 ans seraient 100 millions ! La politique radicale de « l’enfant unique » n’a bien sûr pas aidé la situation puisque le ratio travailleurs-retraités devrait être de 1,6 pour 1 en 2020.

La solution : encourager les naissances…
Pour pallier à ce déficit démographique et à toutes les conséquences sociales attendues, les habitantes de Shanghai seront donc autorisées à faire deux enfants au lieu d’un ! Ainsi, les familles seront préparées à la prise en charge des plus âgés. Face au vieillissement de la population, la Chine assouplit donc les règles de natalité. Cette décision est une première depuis 1970 et la mise en place de la politique de l’enfant unique. A Shanghai, plus du cinquième de la population a plus de 60 ans. A tel point que des employés municipaux distribuent à présent des prospectus pour encourager les naissances !

L’espoir démographique

Si la situation de la Chine reste critique, les spécialistes se disent pourtant optimistes face au redressement possible de la situation. En effet, nombreux sont ceux qui pensent que les Chinois n’attendaient que de pouvoir recommencer à procréer. Les recommandations du gouvernement auront donc de grandes chances d’être suivies ! Un récent sondage a d’ailleurs démontré que 2/3 des Chinoises aimeraient avoir deux enfants ou plus !

Cholestérol, diabète et Alzheimer

Mardi 8 septembre 2009

On soupçonnait déjà les maladies du sang d’être un facteur de risques de développer la maladie d’Alzheimer. Aujourd’hui, la relation entre un taux de cholestérol élevé ou un diabète prononcé et Alzheimer semble se confirmer. Voici un point sur les dernières études :

Cholestérol, diabète et Alzheimer - Source de l'image:http://www.pennhealth.comCholestérol et Alzheimer

Selon une récente étude menée en partenariat entre des chercheurs américains et finlandais, « avoir un taux de cholestérol élevé à la quarantaine augmenterait les risques de développer la maladie d’Alzheimer ». Ces recherches ont été effectuées auprès d’une population représentative de plus de 9.800 personnes âgées de 40 à 45 ans, et observée pendant presque 40 ans ! Sur cet échantillon, 470 cas ont contracté la maladie d’Alzheimer et 130 personnes, une forme de démence vasculaire assimilée. Or, ces personnes ont pour point commun d’avoir développé à partir de 40 ans un taux de cholestérol élevé (plus de 240 milligrammes par décilitre de sang). Statistiquement, elles ont 66 % de risques en plus de développer la maladie d’Alzheimer au cours de leur vie. A souligner que les personnes possédant un taux moyen de cholestérol (entre 200 et 240 mg) courent 52 % plus de risques que celles qui ont un taux inférieur à 200 mg !

Diabète et Alzheimer
Le diabète relève d’un mauvais équilibre glycémique à l’origine de nombreux problèmes de santé. Il augmente notamment les risques de maladies dégénératives d’origine vasculaire comme les néphropathies, les rétinopathies, l’hypertension et l’athérosclérose. De même, son influence néfaste sur l’accélération du vieillissement cérébral ne cesse d’être confirmée par plusieurs études. Par exemple, une étude récente s’est intéressée à la relation entre le déséquilibre glycémique et la dégénérescence cérébrale : l’observation pendant 9 ans de 1250 sujets âgés de plus de 75 ans, sans problème cognitif au départ, mais ayant un taux diabétique important, a permis de définir un lien direct. En effet, 420 sujets ont développé une forme de démence (vasculaire ou Alzheimer) au cours de l’étude.

« Ce qui est bon pour le coeur est aussi bon pour le cerveau »
Rachel Whitmer est chercheur épidémiologiste à l’institut californien Kaiser Permanente. Pour elle, la relation entre un taux de cholestérol élevé et la maladie d’Alzheimer est inquiétante dans le sens où « presque 100 millions d’Américains ont un cholestérol élevé » ! En France, on estime que 25% de la population a aussi un taux de cholestérol trop élevé. Mais, comme elle le dit elle-même : « la bonne nouvelle, c’est que ce qui est bon pour le cœur est aussi bon pour le cerveau et c’est donc un facteur de risque sur lequel on peut agir tôt en abaissant son taux de cholestérol grâce à un mode de vie plus sain ». Ainsi, soigner son taux de cholestérol ou son diabète par de l’exercice physique et une alimentation équilibrée, c’est en quelque sorte barrer la route à la maladie d’Alzheimer.

Intergénération: découvrez l’association « Grands-parrains et Petits-filleuls »

Lundi 7 septembre 2009

Mettre en relation des enfants sans grands-parents avec des personnes âgées sans petits-enfants… une idée toute simple qui fait son chemin à travers les familles de France grâce à l’action de l’association « Grands-parrains et Petits-Filleuls ». Découvrez cette initiative de cœur qui rapproche les générations :

-Source de l'image:http://grandsparrains.chez.com/Resserrer les liens intergénérationnels
« Petits-Filleuls cherchent papis et mamies de cœur ! » peut-on lire sur la page d’accueil du site de l’association. L’objectif est donc le rapprochement des générations : réunir des enfants en quête de l’affection de grands-parents et des retraités disponibles pour leur en donner. Si vous avez plus de 45 ans, que vous vivez seul ou en couple, et que vous pouvez accueillir de temps en temps des jeunes enfants, vous pouvez commencer l’aventure du grand-parrainage en remplissant le formulaire proposé sur le site.

Le grand-parrainage, c’est quoi ?
Pour l’association, il s’agit de faire plus que du bénévolat. Devenir grand-parrain, c’est participer au développement affectif de l’enfant, l’accompagner dans son épanouissement, créer des liens familiaux privilégiés, favoriser les échanges entre les générations, ou tout simplement partager des moments de découverte et de bonheur… Etre grand-parrain, c’est entrer dans un « monde de générosité », donner de son temps et de son affection à l’autre, briser la solitude.

Les partenaires de « Grands-Parrains »
L’association est relativement bien implantée sur le territoire français, avec des antennes et des correspondants locaux dans quasiment chaque région. L’association entretient également des relations étroites avec une dizaine de partenaires : collectivités locales, institutionnels (conseil général, mairies), entreprises et autres associations (accordages, UNAF…). Parce qu’à notre époque, la solidarité rend plus fort…

Pour plus de renseignements, visitez le site de l’association :
www.grandsparrains.chez.com

Des ateliers olfactifs en maison de retraite

Mardi 1 septembre 2009

L’odeur d’un parfum, d’un petit plat cuisiné, d’une fleur… peut rappeler de bons souvenirs. L’odorat est l’un de ces 5 sens très peu sollicité qui pourtant travaille inconsciemment. La mémoire de l’odorat est d’ailleurs celle qui perdure le plus longtemps avec l’avancée en âge… Plongée dans un monde de réminiscences olfactives en maison de retraite.

Des ateliers olfactifs en maison de retraite - Source de l'image: http://signature-olfactive.orgL’éveil des sens en maison de retraite
Fermer les yeux, se concentrer, respirer et sentir,… le souvenir revient ! La stimulation olfactive peut ouvrir de nouveaux horizons aux résidents des maisons de retraite. En tous cas, les Ateliers Senteurs animés par l’équipe de « Signature Olfactive » remportent à chaque fois un vif succès ! Dans une ambiance  intergénérationnelle qui associe résidents et personnel soignant, l’association propose une méthode d’animation olfactive orientée vers les personnes dépendantes de tout âge, pour leur permettre de relancer leurs capacités cognitives : exercice de la mémoire, dialogue et échanges, sensations, récit de souvenirs…

Au-delà de l’odorat, la découverte de l’autre
« Dans l’atelier des senteurs, tout le monde est au même niveau. Quelque soit la pathologie ou la dépendance, il n’y a pas d’échecs ! », précise Sylvie Dedieu, directrice de l’EHPAD Parc de l’Abbaye en région parisienne. En effet, grâce aux Ateliers Senteurs de Signature Olfactive, les résidents se décrispent et partagent leurs sensations, sans peur du jugement de l’autre. Se rassembler dans un climat de confiance, où tout le monde est au même niveau, « indépendamment de leurs âges, de leur pathologie et de leur sexe », favorise naturellement la découverte de l’autre, le partage et une certaine forme d’autonomie.

Elargissement des activités

Signature Olfactive ne limite pas son action à des Ateliers Senteurs en maison de retraite. En effet, encouragée par le succès de ses présentations, elle propose ses activités à tout établissement spécialisé dans les structures d’accueil et de soins médicalisés pour personnes dépendantes de tout âge, aux établissements de soins de suite et aux structures de rééducation fonctionnelle. De plus, pour encore plus d’évasion et de souvenirs champêtres, l’association organise des « parcours olfactifs ludiques et signalétiques » en plein air…

Signature Olfactive : 5, rue de Liège - 75009 Paris
Tel. 01 48 74 04 20
Site : www.signature-olfactive.org